Réalisez votre propre terrarium tropical en 6 étapes !

 

La semaine dernière je vous emmenais dans la jungle pour vous donner les clés d’une décoration tropicale ou urban jungle.

Vous avez pu découvrir, lors de ce voyage dans la végétation dense, qu’il était possible d’avoir un petit morceau de jungle chez vous !

Ce jardin miniature pourra répondre à votre envie de nature même si vous habitez un petit espace.

 

Dans cet article je vous montre donc comment réaliser votre propre terrarium tropical !

 

Très tendance cette année, vous en trouverez dans toutes les jardineries et même dans quelques magasins de déco.

Le terrarium tropical vous permet de cultiver un petit poumon vert au cœur de votre salon !

Niveau budget, il est possible d’en trouver à partir de 35€.

 

Je vous propose ici de créer vous même votre terrarium tropical, tout d’abord parce que jardiner ça rend heureux !

Mais aussi pour que vous puissiez exposer chez vous un élément de décoration unique à moindre frais.

 

En effet, réaliser le terrarium que je vous propose de faire aujourd’hui vous coûtera moins de 22€. Si vous avez déjà du terreau et que vous avez la possibilité de récupérer des éléments de votre jardin ou dans la forêt vous pourrez encore alléger ce coût.

 

Le matériel nécessaire

 

Pour réaliser votre terrarium vous aurez besoin :

terrarium-tropical_liste2

 

Le contenant

 

Les plantes tropicales vivent et se développent, comme leur nom l’indique, dans les régions tropicales du monde, c’est à dire cette zone entre les deux Tropiques, autour de l’équateur.

Ici, nous nous intéresserons aux plantes des climats tropicaux humides.

Dans ces régions, la saison humide se fait plus longue. La chaleur est élevée (autour de 30°C, un peu moins en été, un peu plus en hiver) et plutôt constante durant toute l’année.

 

C’est cette atmosphère que l’on cherche à reproduire dans un terrarium tropical !

 

réalisez-terrarium-tropical_jungle

 

Et c’est grâce au bon choix du contenant que nous allons y parvenir !

Il faut avant tout le choisir de préférence en verre afin de laisser passer un maximum de lumière tout en étant imperméable.

Il peut s’agir d’un bocal à soupe, d’une bonbonnière, d’un globe suspendu pour le gain de place, ou comme dans notre cas ici, d’un terrarium en forme de bouteille (appelé également bottle terrarium) acheté chez Action.

 

Le choix est assez étendu !

 

Réalisez-terrarium-tropical_contenant3  Réalisez-terrarium-tropical_contenant2  Réalisez-terrarium-tropical_contenant1

Pour plus de facilité, le contenant doit présenter une ouverture confortable pour installer les plantes dans la terre sans trop de difficultés. Il est possible d’utiliser des bouteilles en verre, d’une ouverture traditionnelle, ou encore de recycler des ampoules, mais dans ces deux cas, la technique sera un peu plus spécifique et la tâche légèrement plus ardue !

image

 

Les plantes, installées dans le contenant vont créer de l’humidité grâce au phénomène d’évapotranspiration. Le phénomène rappelle la respiration humaine avec l’expiration qui rejette également de la vapeur d’eau.

Le taux d’humidité sera ainsi beaucoup plus élevé dans ce bocal en verre que dans la pièce et les plantes ne s’en porteront que mieux car cet environnement sera plus proche de leur habitat naturel.

 

Vous l’aurez compris, le contenant fermé conviendra parfaitement aux plantes tropicales mais absolument pas aux plantes désertiques qui ont besoin d’une atmosphère sèche.

 

Les plantes tropicales

 

Pour notre terrarium j’ai donc choisi des plantes tropicales qui recherchent ce genre d’environnement humide.

Pour donner de la gaieté et de l’intérêt à notre terrarium, j’ai aussi privilégié les différences de formes, de couleur et de hauteur avec un palmier nain élancé, un ficus petit et étroit et une fougère touffue qui étalera ses frondes en largeur plus qu’en hauteur.

 

Copyright Floramedia Database BV Pesetaweg 35 2153 PJ Nieuw Vennep

 

Nephrolepis est une espèce de fougère au feuillage luxuriant d’un vert vif,composé de longues frondes, retombantes.

Elle est depuis longtemps une des plantes décoratives les plus populaires de nos intérieurs de part son élégance mêlée d’une pointe de folie !

Elle aime la lumière vive sans soleil direct, et les sols humides bien drainés. Attendez donc que la surface de la terre soit un peu sèche entre 2 arrosages.

Comme elle apprécie fortement l’humidité, elle se plait particulièrement dans une salle de bain bénéficiant de lumière naturelle.

D’une manière générale, vous pouvez vaporiser de l’eau directement sur ses frondes.

Entretenez la en coupant les frondes fanées à leur base.

 

 

14212288 001

 

Ficus Benjamina Natasja, ou figuier pleureur est un arbre qui peut mesurer jusque 30 mètres de haut dans son environnement naturel ! Mais sa croissance s’adapte à celle de son contenant… ouf ! Une légère taille annuelle l’y aidera.

Comme notre fougère Nephrolepis, il aime la lumière vive sans soleil direct. Comme pour Nephrolepis, il a besoin d’un arrosage modéré, c’est à dire qu’il faut attendre que la surface de la terre soit sèche (pas complètement asséchée n’est ce pas !) pour l’arroser à nouveau.

Et enfin, il appréciera un sol drainé et également d’être vaporisé au niveau de son feuillage.

On dirait que l’on a trouvé le congénère parfait pour notre Nephrolepis !

Il n’aime pas être trop chamboulé avec des changements d’endroit… bien c’est que dans la nature ça n’arrive pas tant que ça de changer de place pour un arbre !

 

 

terrarium-tropical_ficus

 

Chamaedorea elegans, appelé également palmier nain en raison de ses proportions (1 mètre au max à maturité). Dans la nature, il pousse souvent à l’abris d’arbre plus grands. Ses palmes légères sont plus ou moins touffues et arborent différentes teintes de verts.

Il aime les pièces chaudes. Ainsi il se plait autant dans un salon qu’une véranda. Ce palmier nain aime les ambiances ensoleillées mais ne supporte pas d’être touché directement par les rayons du soleil !

Il se développe bien dans des milieux humides et apprécie donc d’être brumisé ou vaporisé. En ce qui concerne son arrosage, il faudra veiller à ce que la terre reste légèrement humide en dessous de la superficie et permettre un bon drainage également dans le fond de son contenant.

Attention néanmoins, cette plante est toxique pour les enfants et les animaux. Enfermée dans son contenant, elle représente beaucoup moins de risques d’être ingérée ou touchée.

 

 

 

Mieux qu’un site de rencontre ! Il semble que nous avons ici trois spécimens qui apprécient les mêmes milieux, ont des styles de vie très proche et qui ont ainsi l’air d’être en mesure de bien cohabiter ensemble.

 

Il est conseillé, pour l’arrosage de nos trois compères, d’utiliser de l’eau filtrée car elles ne sont pas fans de calcaire. Personnellement, je ne suis pas sure d’aller

 

Enfin, dernier végétal pour compléter notre liste, je suis allée récupérer de la mousse de mon jardin. Vous pouvez également en trouver en forêt. Profitez en pour y récolter quelques cailloux qui vous serviront pour le drainage et pour la décoration de votre terrarium.

 

Le choix du terreau

 

Rappelons que le terreau est un mélange de terre végétale naturelle, mélangée avec des végétaux naturels en décomposition, ce qui permet d’enrichir la terre avec tous les nutriments dont les plantes d’intérieur ont besoin.

Il existe une diversité impressionnante de terreaux, dont la composition s’adapte aux besoins, différents, des plantes.

Le terreau doit contenir tous les nutriments qui seront nécessaires à la plante mais sa structure physique est tout aussi importante car c’est elle qui assurera un bon encrage de la plante et des racines, qu’il ne doit pas étouffer.

Nos trois plantes aiment les milieux neutres à acides. Il est donc possible de leur offrir un terreau de terre de bruyère (ph autour de 5), ou un terreau de rempotage (ph autour de 6,2). Ils assurent chacun un sol léger et drainant pour nos plantes.

Sur les conseils d’un vendeur, je me suis orientée sur le terreau de rempotage de chez Jardiland, à 3,95€ les 6L.

 

Les étapes pour réaliser votre terrarium

 

Maintenant que vous êtes munis de tous les éléments nécessaires, passons à la réalisation :

1 Commencez par placer des gros cailloux dans le fond de votre contenant. Ils assureront le bon drainage, indispensable pour éviter que de l’eau stagnante pourrisse les racines.

Sur le pourtour de votre terrarium bouteille, vous pouvez choisir de mettre plutôt du gravier décoratif. C’est selon les goûts !

 

2 Déposez du terreau sur les cailloux sur une épaisseur confortable pour les racines de vos plantes.

Je dirais que 5 cm est un gros minimum pour que vos plantes se sentent à leur aise ! Tassez légèrement pour assurer la stabilité des plantes que nous allons planter juste après.

 

3 Sortez les plantes de leurs pots d’origine. Déliez très délicatement les racines !

Il est plus facile, une fois une grosse partie de la terre retirée, de finir de délier les racines dans un peu d’eau.

Pour cela, placez les racines de vos plantes dans un bac contenant un peu d’eau que vous aurez préparé au préalable.

Ca y est les plantes sont prêtes pour être installées dans le terrarium !

 

 

4 Creusez un trou suffisamment large et profond pour y installer la base de la plante sans abimer ses racines.

Pour l’emplacement des plantes dans le terrarium, essayez de jouer sur les différences de taille : les plus grands spécimens seront plantés en arrière pour établir le fond du décor, les spécimens plus petits seront placés devant et de chaque côté pour élargir la composition.

Dans mon terrarium j’ai volontairement créé un dénivelé pour jouer sur ces différences de niveaux.

Recouvrez la base avec du terreau.

 

5 Pour conserver l’humidité de la terre et afin de décorer le terrarium en lui donnant un côté jungle ou sous bois, placer de la mousse sur le terreau, autour des plantes.

 

6 Passons maintenant à la décoration ! Là vous pouvez ajouter des petits éléments qui viendront parfaire le thème de votre terrarium. Vous êtes totalement libres du choix de ces éléments. Rien de vous bride, sauf votre imagination. Il vous sera possible, par exemple, d’insérer des objets artificiels comme de petits oiseaux, ou même de petits personnages pour reproduire une scène de vacances par exemple !

J’ai choisi de conserver l’authenticité de l’univers jungle en décorant mon terrarium avec du gravier et des cailloux.

 

 

 

L’addition

 

Côté dépense nous en sommes à :

– 6,90€ le contenant, acheté chez Action,

– 9,40€ de plantes achetées chez Jardiland (vous pouvez également choisir un fleuriste ou un pépiniériste),

– 3,95€ de terreau acheté également chez Jardiland, sachant que j’ai utilisé moins de 2L et qu’il m’en restera pour de futurs rempotages,

– 1,50€ de gravier décoratif, acheté chez l’Incroyable,

– je n’ai pas eu à acheter les cailloux et la mousse. Si vous devez les acheter, ajoutez 3€ à cette note.

TOTAL = 21,75€

 

Voilà, j’espère qu’avec cet article je vous ai donné envie de réaliser votre propre terrarium tropical ! Vous aurez constaté, en tout cas, que c’est une tâche facile à réaliser et, je vous l’assure, une activité très apaisante !

 

Dans les commentaires, dites moi si ce genre d’articles DIY vous plaisent. Si c’est le cas j’en écrirai sûrement d’autres.

 

A très vite pour de nouveaux articles et de nouvelles aventures.

 

 

La vidéo de cet article :

 

 

 

 

 

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
    8
    Partages
  •  
  •  
  •  
  • 8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *